Julien MARCLAND | Influences
28
page,page-id-28,page-child,parent-pageid-12,page-template-default,ajax_leftright,page_not_loaded,smooth_scroll,,qode-theme-ver-3.1.1,wpb-js-composer js-comp-ver-4.11.2.1,vc_responsive

Influences


Dès l’adolescence, grâce à son professeur de français du cours Maigret, François Toulouse, il fut inspiré par l’humanisme de la renaissance (en particulier Montaigne et Rabelais) et les poètes de la pléiade comme Ronsard et du Bellay.Par la suite vinrent rapidement Baudelaire, Rimbaud, Musset, Beaumarchais, Poe, Mallarmé, Beckett, Ionesco, Nerval, Tagore, Gibran, Gide, Hesse, Dostoïevski, Balzac, Gracq… Puis dès la classe de première la passion de la philosophie, en particulier celle de Nietzsche, mais aussi Heidegger, Bachelard, Hegel, pour ne citer que quelques noms.

Né dans une famille d’artistes – son père, Patrick Marcland, est compositeur de musique contemporaine, comme son propre père, Marc Lanjean (Jean Marcland) qui était pianiste dans l’orchestre de Ray Ventura, parolier et compositeur, et sa mère, Monique de Montrémy, après avoir été un temps actrice, est éditrice de théâtre – Julien Marcland s’est familiarisé très jeune avec le monde de l’art en général, en particulier dramatique et musical.

Il fût, lorsqu’il était étudiant à Nanterre université, l’élève de Michel Nebenzahl, mais aussi de Balibar, de Ladmiral, de Didier Franck, de Francine Markovits et Baldine Saint Girons, entre autres, fit sa maitrise sur « la problématique de la valeur » chez Nietzsche, son DEA sur la « Daseinanalyse » du psychiatre suisse, ami de Freud et d’Heidegger, Ludwig Binswanger, et sa thèse sur «la parole poétique et l’événement», critique de la double interprétation de la parole dans la psychanalyse (Lacan, Freud) et la phénoménologie d’Heidegger.

Parallèlement, il commença le théâtre (et les claquettes) vers l’âge de dix ans en amateur, se passionna pour les percussions puis pour la guitare brésilienne et participa à plusieurs groupes de musique notamment avec Sébastien Lanson et Paola Tesser. Il entra à l’école Claude Mathieu en parallèle de ses années de thèses et y trouva une nouvelle famille artistique d’élèves et de professeurs comme Benjamin Lazar, Romain Lemire, Malo de la Tullaye, Diana Ringel, Xavier Brière, Thérèse Barbet, Laurence Blasco, Jacques Hadjaje ou Marcela Obregon.

Fort de ses diverses influences, Julien Marcland a su avec le temps donner une cohérence à son parcours et développer une véritable expertise singulière dans les domaines de la scène, de la pédagogie et de l’écriture.